Archives de catégorie : Technique

Weekend CK/mer – Courants du Golfe

Golfe du Morbihan – 23 et 24 février 2013 – coeff 65 et 75 – vent 3-4 Bft, secteur nord

Sortira ? sortira pas ?

Eh bien non, ce weekend je ne suis pas restée au chaud au coin de la Thermette! J’avoue que la perspective de ce weekend très froid et sans soleil aurait pu me faire douter de ma motivation 😉

Initiation aux courants du Golfe

fev2013-Surf à l'île Longue
Surf à la pointe sud de l’île Longue

Un weekend CK/mer Initiation à la navigation dans les courants du Golfe du Morbihan était programmé, et malgré quelques désistements, 5 personnes se sont déplacées, principalement de la côte nord bretonne, mais aussi de la région de Blois. J’accompagnais dans l’encadrement Jérôme Le Ray, à l’initiative de ce weekend.

Nous nous sommes tous retrouvés samedi matin sur le port de Larmor-Baden.
Allez, prêts à embarquer pour 2 jours de navigation, enfin si tout le monde tient jusqu’au bout !

Technique et jeux dans les courants

Le temps relativement calme dans le Golfe a permis de bien visualiser les courants et les zones de contre-courants. On a pu ainsi s’essayer ou se perfectionner aux reprises de courant et aux bacs d’île en île.

Les coefficients moyens étaient largement suffisants pour s’initier aux jeux habituels : surf sur les vagues statiques et remontées de pointe.

fev 2013-surf vague statique
Surf sur une vague statique

Forme et matériel

La pratique des courants, quand on n’en a pas l’habitude, peut réserver de mauvaises surprises. Tout d’abord il est conseillé de se munir d’une pagaie solide car il n’est pas rare de voir une pale se fracasser au contact des cailloux, ce fut le cas ce weekend avec une pagaie en bois.

D’autre part il faut savoir que la pratique des courants telle que proposée sur ce type de weekend demande un pagayage tonique, soutenu et par moment avec une grande fréquence. Les participants ne sont généralement pas habitués à ce type de pratique et cela peut avoir des conséquences. Ce weekend l’un d’eux a cassé sa pagaie et a du utiliser une pagaie secours, sur un passage il a forcé et est rentré en ayant mal dans l’avant-bras et le poignet (tendinite ?).
Il faut donc être en forme, bien s’hydrater, et avoir un équipement adapté.

Un autre a été malade après le pique-nique, le froid combiné aux efforts intenses juste après le repas, ont eu raison de lui.

Enfin ne pas oublier l’essentiel quand il fait si froid : ce weekend même si j’avais eu une combi étanche (que je n’ai pas !), je n’aurais pas pu aller sur l’eau sans bonnet, et sans gants je n’aurais pas pu pagayer les mains mouillées dans le vent de nord.

Ambiance d’hiver

Avec ces coefficients, les difficultés techniques étaient à la portée de tous et ont permis de s’engager et d’essayer sans (trop) craindre un bain. Personne n’avait vraiment envie de mettre la tête dans une eau à 9-10°c, mais finalement plus chaude que l’air ambiant qu’aucun rayon de soleil ne venait réchauffer !

fev 2013-Balise du Grand Mouton
Reprises de courant à la balise du Grand Mouton

Pourtant l’ambiance était là, qu’aucun moteur n’est venu troubler : des lumières d’hiver, des oiseaux qui préparent le printemps, de nombreux cormorans huppés allaient et venaient avec de grosses brindilles dans le bec.

Et un ou deux voiliers glissaient dans le courant de La Jument, sur lesquels les équipiers étaient habillés bien plus chaudement que nous, et cependant ils donnaient très froid à voir ! 😉

fev 2013-Er Lannic
Chantier d’hiver à Er lannic : Bretagne Vivante débroussaille avec l’aide du CKCV

Plaisir d’être sur l’eau

Après 2 jours dans le froid vif, suivis d’une bonne douche bien chaude, mon visage rosi me donnait une mine superbe et réjouie qui n’a pas manqué de surprendre mon entourage après ce weekend bien gris 😉

A lire aussi : le récit des participants du club Kraken de St-Briac

Préparation à la rando – épisode 3 : la technique

24 mars 2012 – Quiberon – vent SE 3/4 Bf, ensoleillé – coeff 90 – BM 12h05 Port Navalo

Le projet
Cette année, j’ai proposé à un groupe de mon club, le CKCV – Canoë Kayak Club de Vannes , un projet dont l’objectif est d’être autonome pour préparer et vivre des projets de randonnée en kayak de mer en Bretagne.
Ce programme consiste en 4 journées thématiques dont l’aboutissement est de partir ensemble 3 jours sur un weekend de mai 2012.
Nous sommes 8 à nous retrouver 1 fois par mois, accompagnés en plus d’un encadrant confirmé de notre club.

Après la 1ère journée dédiée à la sécurité, la seconde dédiée à la navigation, nous avons poursuivi l’aventure, ce samedi 24 mars, avec une journée « technique ».

Le thème est de comprendre pourquoi et comment un kayak se comporte dans le vent et les vagues, et d’adapter sa technique de pagaie en conséquence.

Vers la Chaussée du Béniguet
Vers la Chaussée du Béniguet

Préparer la navigation

Le programme de la journée est de naviguer entre la Pointe du Conguel (extrémité de la presqu’ile de Quiberon) et Houat.
Voilà une belle occasion de proposer au groupe une mise en pratique de l’apprentissage de la navigation: tracer une route aller et retour tenant compte des conditions de marée et de météo.

Des choses à se dire avant d’embarquer…

Nous voilà prêts à mettre à l’eau, on a hâte d’y être, mais c’est le moment de se remettre au point sur ce qu’on va y faire!

Point sécurité:
Le matériel est-il conforme à une navigation dans la bande côtière entre 300 mètres et 2 milles d’un abri ?
L’équipement vestimentaire et la forme de chacun sont-ils en adéquation avec le plan de navigation?

Point navigation:
Quelles sont les propositions de route? On en discute et on les met en regard des conditions météo.

On s’échauffe? Allez oui ça déride et ça dynamise avant d’embarquer! 😉

Du vent et des vagues
Du vent et des vagues

Des vagues à distinguer

Nous voilà partis, en route vers Houat !

Dès le départ on est dans le sujet: les vagues sont là. Un sujet central de ce jour est d’apprendre à distinguer:

  • les vagues de houle,
  • les vagues de courant,
  • les vagues dûes au vent

Nous faisons route par le sud: partis de la Pointe du Conguel, nous rejoignons la balise Er Pondeu. Le vent de face lève des vagues, qui se mêlent à un train de vagues de houle rapprochées.

C’est là que l’un des participants se met à « couler », l’arrière du kayak est visiblement très immergé, le caisson arrière est rempli d’eau, sûrement une trappe mal ou pas fermée! Il fait demi-tour pour remettre le cap vers la côte, je lui dis halte là, on va se mettre en radeau et vider le caisson.
Il est indispensable d’avoir des pompes et des écopes! Ainsi on arrive à remettre en surface un pont arrière qui semble totalement immergé.

Enfin nous arrivons sur Er Pondeu, après avoir pris le temps de regarder nos cartes, repérer le balisage dense qui nous entoure et vérifier nos caps.

La houle

En Bretagne sud, surtout si on navigue beaucoup dans le Golfe du Morbihan, on connaît bien les vagues de courant, mais peu la houle.

Il est pourtant utile de:

  • connaître son origine
  • savoir la caractériser (direction, hauteur, période…)
  • savoir comment elle interagit avec le milieu (courant, vent, roches…)

Le passage de La Teignouse

Nous voilà prêts à franchir le passage de La Teignouse, cap sur la balise Les Esclassiers. On a croisé un beau voilier et remarqué à tribord les balises de chenal.

Les Esclassiers
Balise ouest Les Esclassiers

Le vent

Le vent, ami et ennemi du kayakiste, il s’apprivoise quand on le connaît et que l’on sait comment et pourquoi notre kayak interagit avec lui.

Le vent de côté a donné du fil à retordre à tout kayakiste, voilà les questions qui nous ont intéressés:

  • pourquoi un kayak remonte au vent?
  • comment peut-on le corriger? (par la gîte, la dérive ou le chargement)
  • comment placer sa pagaie quand on navigue vent de face ou vent/mer arrière?
  • comment faire demi-tour dans le vent? (la gîte et la circulaire en action)

La Chaussée du Béniguet

Après avoir flirté avec La Chaussée du Béniguet qui nous a ravis sur l’heure de midi, nous avons dû penser au retour. Avec la montante, c’est sur le phare de La Teignouse que nous avons mis le cap.

phare La Teignouse
phare La Teignouse – une de mes préférés, plusieurs escaliers tout autour

Conclusion

Nous avons bénéficié d’une superbe journée de navigation: vent, vagues, houle, soleil et température printanière. La zone de Quiberon est vaste et riche pour se prêter à divers exercices.

Il y a plein de choses intéressantes à faire sur l’eau quand on prend le temps d’observer, d’échanger et de comprendre.

Qu’on aborde le kayak par la sécurité, la navigation ou la technique, on en revient toujours à d’abord apprendre à bien connaître le milieu dans lequel on évolue.

En savoir plus :

Technique :
Le comportement du kayak en mer, JM Terrade

Environnement :
La houle, Wikipedia