Archives de catégorie : Randonnée

Kayak de mer à Saint-Pierre et Miquelon

Un territoire français méconnu

Seul territoire français en Amérique du Nord, situé à l’embouchure du golfe du Saint-Laurent et à 20 kms au sud de l’île de Terre-Neuve (Province canadienne de Terre-Neuve et Labrador, TNL).

Situation générale, carte uMap

L’archipel Saint-Pierre-et-Miquelon comprend trois îles principales : Saint-Pierre, Langlade et Miquelon. Sur une surface totale de 240 kms², elles comptent environ 6000 habitants, concentrés pour presque totalité à Saint-Pierre.

Archipel et frontière avec le Canada, carte uMap

Les Saint-Pierrais et Miquelonais ont pour ancêtres les fameux « Terre-neuvas », basques, bretons, normands et acadiens, qui pêchaient la morue sur les Grands Bancs de Terre-Neuve depuis le 15è siècle. La pêche a cessé en 1992 après épuisement de la ressource.

Gravures laissées par les terre-neuvas, sur une grande dalle aux rochers de l’île Verte

Des vestiges de cette pêche sont encore présents un peu partout. Aujourd’hui le goût pour la pêche et la chasse reste ancré dans les habitudes.

Profil des côtes

L’île de Saint-Pierre possède plusieurs îles et îlots satellites proches et favorables à de belles navigations. Cependant cette île présente assez peu de facilités de débarquement. La partie Nord, entièrement rocheuse offre de rares plages de galets, la partie sud est plus favorable avec une alternance de caps rocheux et d’anses profondes.

Miquelon et Langlade, reliées entre elles par un long isthme sableux, possèdent peu d’îlots satellites. Les falaises sont élevées sur la partie sud de Langlade et le Cap de Miquelon, ce dernier comprend le point culminant de l’archipel à 240 m.

Les côtes ouest de ces deux îles sont entièrement rocheuses avec peu de possibilités de débarquement et une houle déferlante présente quasiment de manière permanente.

L’île de Miquelon possède par ailleurs un relief plus adouci sur sa côte Est, longue alternance de plages de sable ou de galets et de caps rocheux.

Côte Est de Miquelon, plage de Belliveau

Climat et végétation

Bien qu’à une latitude proche de Nantes, le climat subarctique de l’archipel de Saint-Pierre et Miquelon est de type océanique froid. Le courant froid du Labrador venant du Nord y rencontre la branche Nord du Gulf stream. Cette rencontre de courants froids et chauds crée le foisonnement de vie marine que l’on observe dans cette région.

Les vents violents sont fréquents en période hivernale. Couplés à des précipitations neigeuses et des températures négatives, ces vents façonnent un paysage de végétation rase, de type toundra. C’est ici que s’étend la seule forêt boréale du territoire français, elle se constitue principalement de sapins baumiers, d’épinettes ou « spruce », de mélèzes et de bouleaux.

Étangs et tourbières du Cap de Miquelon

Sur l’ensemble de l’archipel, des marais, lacs et tourbières couvrent de grandes superficies.

Observations naturalistes

La faune terrestre et marine est ici foisonnante, particulièrement de mai à septembre. C’est l’époque des grands regroupements d’oiseaux marins sur les îlots rocheux. L’île du Grand Colombier à quelques encablures du nord de Saint-Pierre grouille alors de vie : macareux, pingouins, guillemots, cormorans ou océanites y nichent par centaines de milliers.

Macareux au Grand Colombier

Les baleines fréquentent les eaux proches des côtes : rorqual, baleines à bosse, orques et dauphins peuvent être régulièrement observés en période estivale, certaines espèces séjournant aussi l’hiver, tel le petit rorqual.
Les phoques sont omniprésents, en toutes saisons. Les espèces phoque gris et veau-marin (commun) sont les plus fréquentes, avec respectivement plusieurs centaines et plus de mille individus.

Phoque commun ou veau-marin

Conditions générales de navigation

Vent
Les vents dominants sont de secteur ouest à sud-ouest, avec une force moyenne de 11 nœuds de mai à octobre et proche des 20 nœuds le reste de l’année.

De ce fait le quart NE de l’île de saint Pierre et les côtes Est de Miquelon-Langlade sont beaucoup plus facile à naviguer, alors que les côtes ouest sont souvent malmenées par une forte houle.

Houle au sud de Saint-Pierre, Pointe du Ouest de Langlade en arrière-plan

Températures de l’air et de l’eau
La température de l’air est globalement froide, affichant +5,5° de moyenne annuelle, sans grands extrêmes, de +20° à -10°. Les températures les plus « clémentes » s’étalant de juillet à octobre, les plus froides de janvier à mai.

De la même manière, la mer est froide avec une température moyenne annuelle de l’ordre de 6,5 °C

En été, on peut naviguer en lycra !

Courants de marée et marnage
Le marnage est peu important, de l’ordre de 2,10 m aux plus gros coefficients.

Les courants de marée sont assez faibles, avec une moyenne proche de 1 nœud. Ils sont localement plus sensibles en mi-marée de vives eaux, notamment dans les passes entre les îles ou dans la baie entre Saint-Pierre et Langlade. L’orientation du courant est globalement sud-nord au flot, et nord-sud au jusant.

Marée basse à l’île aux Marins

Pratique du kayak et matériel

La pratique du kayak de mer dans l’archipel reste confidentielle, avec quelques pratiquants principalement en période estivale avec un programme de courtes balades. L’école de voile de Saint-Pierre propose une activité kayak de mer sur la saison estivale, activité qui reste centrée sur l’initiation et la balade facile.

Il n’est pas possible de s’équiper en matériel à Saint-Pierre et Miquelon, il faut faire appel aux professionnels canadiens des provinces maritimes (Terre-Neuve, Nouvelle Écosse, Nouveau Brunswick).

Eastern Outdoors, vendeur au New Brunswick

Randonner en kayak

La randonnée en kayak de mer peut se pratiquer de manière relativement facile en période estivale sur le pourtour de Saint-Pierre ainsi que toute la façade Est de l’ensemble Langlade-Isthme-Miquelon.

Après avoir viré le Sud de Saint-Pierre, il est possible de remonter la côte de Langlade à partir du Cap à L’ouest et de là, remonter jusqu’au Cap de Miquelon, soit 30 milles marins (NM) de linéaire côtier. Sur cette portion de côte, les bivouacs faciles d’accès et confortables sont nombreux. L’accès à la nature, ici comme au Canada, est un acquis culturel et le bivouac peut se pratiquer partout. Le tour de l’île de Saint-Pierre représente une distance de 15 NM.

Les plus aguerris pourront aller taquiner les rochers de l’île Verte, à un jet de pierres des côtes de Terre-Neuve ou encore rêver aux Iles Brunettes (18 NM de Miquelon).

Brume à Saint-Pierre en été

La période la plus favorable à la pratique du kayak s’étend de mai à octobre. En période estivale, les vents dominants de secteur sud ramènent les masses d’air douces et humides du Gulf stream au contact du courant froid du Labrador, et génèrent des brumes particulièrement fréquentes en juin et juillet. Août et septembre sont alors plus favorables à la navigation.

A suivre :

  • Article sur les possibilités d’acquisition de matériel, conseils et liens
  • Article proposant différents itinéraires en kayak sur l’archipel