Retour de Norvège sud (3) : bivouac

Texte : Laurent Malthieux & Arzhela

Dans les pays scandinaves et en Ecosse, la loi autorise et réglemente le libre accès à la nature. Ici, pas de crainte de se faire déloger en pleine soirée par un propriétaire hostile !
Pour en savoir plus : visitnorway.fr et wikipedia.

Une côte rocheuse

Un lieu de bivouac facile d’accès, c’est-à-dire offrant un débarquement sur une grève et un terrain plat pour y installer une tente, c’est rare !

mercipourlekayak_l-malthieux_norvege_3_1Portor

En effet, la côte est entièrement rocheuse et les plages de sable ne se rencontrent pas tous les jours ! Il est souvent possible de trouver de petites grèves plus ou moins rocheuses pour y débarquer mais les possibilités d’installer le campement peuvent être inexistantes.
L’arrière grève est souvent constitué de gros rochers et de végétation dense, interdisant d’y poser une tente.

Parfois la seule possibilité consiste en un petit espace suffisant pour une (voire deux) tente, mais il faut accoster directement sur le rocher.

mercipourlekayak_l-malthieux_norvege_3_2Skjotoya, on the rocks !

Vous l’avez compris, il vaut mieux anticiper le temps nécessaire à la recherche du lieu de bivouac, surtout lorsque l’on fréquente une portion de côte pour laquelle on ne possède aucune information préalable comme ce fut notre cas ici.

De rares terrains plats

Dans ces conditions, bivouaquer en groupe nécessite d’anticiper absolument ses points de chute. Il existe cependant des possibilités, comme l’île herbeuse de Tromlingene.

mercipourlekayak_l-malthieux_norvege_3_7Tromlingene, un bivouac de rêve !

Pour trouver des plages, seule la courte portion de Farsund à Listahavn offre de grandes étendues de sable.

Le feu

Au bivouac, le feu est autorisé, le bois abondant et facile d’accès.

mercipourlekayak_l-malthieux_norvege_3_6Revoy

Accès publics

La majorité des iles et ilôts côtiers sont privés mais un bon nombre d’entre eux appartiennent à l’état ou aux collectivités. Dans ce dernier cas ils sont systématiquement aménagés pour l’accueil du public, qui se déplace surtout en petites embarcations motorisées.

mercipourlekayak_l-malthieux_norvege_3_5
Pontons en bois pour débarquer (trop hauts pour les kayaks !), tables de pique nique et barbecues, et toilettes sèches sont à disposition.
Malgré nos recherches sur la toile, il est très difficile de trouver les informations sur la localisation de ces espaces : la majorité des sites sont écrits uniquement en norvégien.

L’eau potable

Bien que le pays regorge d’eau dans tous ses états (douce, saumâtre, salée), il nous a été impossible de nous ravitailler en eau potable dans la nature. En revanche il est très facile de trouver un robinet disponible dans les ports ou chez les particuliers, y compris sur les îles habitées, qui sont toutes desservies en eau.

Bivouac remarquables

Voici quelques points de bivouac remarquables (facilité d’accostage et surface disponible) :

  • Ile de Vardoya, côté nord, à l’Est de Risor.
  • Ile de Tromlingene, partie NO, à l’Est d’arendal
  • Camping et bivouac, à l’extrémité SO de l’île de Tromoy (Hoveodden)
  • Ile de Valoyene à l’Est de Grimstad.
  • Grandes plages à Mandal ainsi que toute la presqu’île.
  • Ile de Underoy (entre le Syrdalsfjorden et le Snigsfjorden) : de part et d’autre de l’île superbes bivouacs spacieux, sable et pelouses !
  • Baies à l’Est de Spangereid.
  • La péninsule de Lista excepté sa bordure ouest et SO.

Campings

Nous ne les avons pas pratiqués, mais nous avons repéré en passant quelques campings au bord de l’eau. A rechercher sur les cartographies web.

Conclusion

En naviguant à deux, avec une tente, on arrive toujours à se caser quelque part, on peut partir à l’aventure. En plus grand groupe, il vaut mieux anticiper ses points de chute ! Il existe de très beaux et vastes emplacements, à repérer au préalable.

A suivre : nos astuces de bivouac 😉

Retour de Norvège sud (2) : navigation

Texte : Laurent Malthieux & Arzhela

La côte sud de la Norvège présente une géographie parfaite pour le kayakiste randonneur : des îles et îlots par centaines, des fjords, des passages intérieurs et tout cela à proximité immédiate du continent !

mercipourlekayak_l-malthieux_norvege_2_3Passage intérieur, Lillesand

L’itinéraire

Nous avons navigué 20 jours pour couvrir une distance de 216 milles nautiques, soit une moyenne de 10 milles par jour.

mercipourlekayak_carte-itineraireItinéraire : de Kraggero à Flekkefjord

Il est possible de naviguer quelle que soit la météo. Par mauvais temps, on trouve toujours la possibilité d’avancer à l’abri des îles ou des fjords. Lorsque que les conditions sont clémentes, on peut profiter de passer au large des archipels côtiers.

Le vent

Le vent est toujours présent, avec des passages soutenus fréquents. Durant ces trois semaines, nous avons navigué presque constamment avec du 4 Bft, rencontrant fréquemment des périodes de 5 à 6 Bft.

mercipourlekayak_l-malthieux_norvege_2_4Au large des archipels

Les norvégiens utilisent le mètre par seconde, tous les navigateurs vous donneront aussi les prévisions de vent dans cette unité, assez inhabituelle pour nous.

Nous avons utilisé le site windfinder (ex. spot Torungen Fyr), les prévisions se sont avérées correctes sur toute la durée du séjour. Les vents dominants sur cette côte sont d’ouest, et en moyenne de 4 Bft sur l’année. Heureusement, nous avons bénéficié de plusieurs jours de vent d’est qui a bien gonflé nos voiles !

mercipourlekayak_l-malthieux_norvege_2_2Arrivée à Homborsund Fyr

Le site YR fournit aussi de bonnes prévisions, hélas majoritairement en norvégien.

La VHF

Nous avons contacté une fois les garde-côtes sur le canal 16 afin d’obtenir le bulletin du jour. Aucun problème pour les anglophones.

Un bulletin est diffusé sur le canal 7 toutes les 3 heures pleines, mais en norvégien ! Sur ce même canal, elle vous sera donnée sur demande en anglais.

La cartographie

Les cartes sont bien utiles pour anticiper les possibilités de bivouac. En effet, il est compliqué de trouver des endroits faciles pour accoster et bivouaquer. Il faut donc éviter de s’y prendre au dernier moment !

mercipourlekayak_l-malthieux_norvege_2_6Tranquilité d’un fjord

Nous sommes partis avec tout l’éventail des cartes au 50 000ème dont nous avons eu besoin pour ce parcours.

Le site kartverket vous permet de choisir l’échelle et les références des cartes, ainsi que les prestataires chez qui vous pouvez les acquérir. Les cartes sont « Print On Demand », on vous les imprime à la demande, il n’y a pas de stocks . En ce qui nous concerne nous avons trouvé un service parfait chez Willems Adventure, nous avons dépensé 230 euros pour 7 cartes.

Pour préparer sa rando avant de recevoir les cartes, voici deux sites de cartographie bien utiles : kartverket et Kystinfo

Les courants

Il n’y a pas de courants, excepté au passage des pointes les plus malfamées telles que Lindesnes et Lista.

Il vaut mieux passer ces pointes dans de bonnes conditions, les vents ouest/sud-ouest y lèvent rapidement une mer hachée.

mercipourlekayak_l-malthieux_norvege_2_8Passage de la Pointe de Lista au surf, 6Bft d’est

Le marnage

Le marnage est très faible : environ 50 centimètres. Les marnages sont sur le site Kartverket.

La température

Globalement nous avons rencontré des conditions météo assez similaires à celles dont les bretons ont l’habitude : temps frais avec une alternance de jours bien ensoleillés et d’autres plus couverts. La température de l’eau comme de l’air avoisine les 15°c. Cependant, même par temps couvert, l’atmosphère est un peu plus « sèche » qu’en Atlantique.

mercipourlekayak_l-malthieux_norvege_2_5Pointe rocheuse à l’est de Mandal

Conclusion

La navigation est simple car il n’y a pas de courant, ni de marée. Par contre il y a du vent, mais il n’y a jamais de longues traversées et il est toujours possible de s’abriter dans les îles proches du continent ou dans les fjords.

Un grand merci à nos sympathiques routeurs Didier et Luc qui nous ont envoyé les prévis par SMS chaque jour !

A suivre : un article spécialement dédié au bivouac, bientôt… 😉

mercipourlekayak_l-malthieux_norvege_2_7Pointe de Lindesnes, aussi fréquentée que celle des Poulains !

Retour de Norvège sud (1) : impressions

Pendant ce mois d’août 2016, nous avons parcouru la côte sud de la Norvège, d’est en ouest. Une itinérance de 20 jours consécutifs en kayak de mer, de Kragero à Flekkefjord, en passant par la Pointe de Lista.

Mercipourlekayak_L-Malthieux_Norvege_1_3Débarquement dans les archipels de granit

C’est ainsi que nous avons découvert cette magnifique côte sud, en parcourant ses archipels successifs, sur plus de 250 kms de linéaire côtier, soit 140 milles nautiques.

Mercipourlekayak_Norvège-sudLe sud, de Kragero à Flekkefjord

Un rêve de kayakiste

Cette côte est le rêve pour un kayakiste, aux maisons en bois perchées sur les rochers, des kayaks sont accrochés de diverses manières ou reposent sur des pontons.

Mercipourlekayak_L-Malthieux_Norvege_1_13Des kayaks à chaque maison !

Les lieux se prêtent idéalement à la pratique du kayak de mer. On peut presque toujours naviguer sur cette côte, qui permet de varier les navigations à l’infini et de s’adapter aux conditions météo. On peut naviguer de phare en phare en mer, slalomer dans les archipels, ou encore se mettre à l’abri dans les fjords.

Mercipourlekayak_L-Malthieux_Norvege_1_11Phare de Gronningen, vers Christiansand

Le gros bémol est que la roche granitique émerge partout et les plages de sable sont rares. C’est pourquoi dénicher des coins de bivouac où l’on peut débarquer et poser une tente n’est pas toujours aisé !

Mercipourlekayak_L-Malthieux_Norvege_1_7Mini espace pour 2 kayaks et 1 tente !

Un art de vivre à la norvégienne

L’art de vivre à la norvégienne, c’est avec vue sur mer ! Les maisons en bois, posées sur les rochers, ont leurs pontons attenants et de jolies terasses. Les petits coins de paradis sont innombrables et il y a beaucoup de charme dans ces lieux.

Mercipourlekayak_L-Malthieux_Norvege_1_10Une maison, un ponton, une terrasse, un bateau : le bonheur simple !

Les eaux sont très poissonneuses, et les norvégiens aiment la pêche ! Le bateau à moteur est roi, tout est prévu pour lui, et les pontons bois sont présents un peu partout.

Mercipourlekayak_L-Malthieux_Norvege_1_14Aménagements pour visiteurs

Nous avons apprécié de trouver des aires aménagées pour bivouaquer. Le bivouac est un droit, il est inscrit dans la loi en Norvège, on a apprécié un « savoir-vivre dehors » dans ce pays.

Les rencontres avec les norvégiens ont toujours été détendues, ils sont simples, accueillants et joviaux ! Ils parlent presque tous l’anglais, toutes générations confondues.

Une ambiance nature

L’ambiance calme et douce du mois d’août nous a séduits, le gros de la saison estivale est déjà passé en Norvège et les températures de l’air et de l’eau oscillent entre 15 et 20°c.

Mercipourlekayak_L-Malthieux_Norvege_1_4Des moutons sur toutes les îles en Réserve naturelle

Les oiseaux sont nombreux dans ce pays placé sur les routes de migration. Côté mer, les eiders à duvet sont partout présents, il y a aussi des oies et des bernaches, et de nombreux goélands. Côté fjords, dans les eaux plus calmes, on croise les hérons cendrés et les cygnes.

A suivre…

D’autres articles viendront pour vous en dire plus sur notre vécu en kayak le long de cette côte méridionale norvégienne, pour préciser les aspects pratiques et logistiques du voyage et de la navigation sur la côte sud.

Mercipourlekayak_L-Malthieux_Norvege_1_5Phare Lille Torungen, au large de Arendal

A suivre donc, la découverte de la mer du Nord, les phares de la côte sud de la Norvège, l’ambiance granit, goémon et oiseaux de mer que l’on aime ! 😉