Parc marin d’Iroise (1) : archipel de Molène

Le Parc marin d’Iroise

A la pointe ouest de la Bretagne, le Parc marin d’Iroise englobe des îles mythiques : Ouessant, Molène et Sein. La mer d’Iroise est le mélange des eaux de la Manche et de l’Atlantique. La zone compte nombre de phares à terre et en mer qui offrent un spectacle lumineux le soir venu.

L’archipel de Molène

Sur les fonds de l’archipel de Molène est implanté un très vaste champ d’algues. Irrigué par de forts courants qui cheminent entre les îles, il est encore aujourd’hui récolté par les goémoniers. Ses eaux mélangées abritent un groupe de grands dauphins et des dizaines de phoques gris. Ses grèves sont le lieu de nourrissage et de nidificaton de nombreux oiseaux.

En route vers l’archipel

En mai 2019, après une absence de quelques années dans la zone, nous avons renoué avec la belle Iroise. Naviguer 3 jours avec des coefficients de marée autour de 80 nous a rappelé que s’aventurer dans ces lieux ne s’improvise pas !

Départ de Porz Liogan, au sud du Conquet

15 mai 2019, PM Brest 15h26, coeff 73. Nous partons de Porz Liogan au sud du Conquet, avec la fin de la montante qui nous porte sur l’archipel. La traversée du chenal du Four nous mène à l’île de Béniguet.

Archipel de Molène et île de Ouessant, source Wikipedia

Après avoir passé la pointe nord-est de Béniguet, nous mettons le cap sur Morgol et Litiri, îlots à l’est de Quéménès.

Le rocher du Cromlec’h, entre Morgol et Litiri

L’île de Litiri c’est l’image du paradis avec sa belle plage de sable blanc. Elle n’est pas toujours aussi peu fréquentée !

Ile de Litiri, une belle plage et un accès réglementé à l’île

Cet îlot est protégé pour assurer la nidification de différentes espèces : grand gravelot, sternes, huitrier pie… Ainsi tout l’archipel comporte des zones où l’accès est interdit du 1er avril au 31 juillet.

Restriction d’accès zones de nidification – Archipel de Molène (recto)
Restriction d’accès zones de nidification – Archipel de Molène (verso)

Route vers Molène

Nous repartons de Litiri après la renverse vers 16h. En Iroise, la renverse est immédiate, il n’y a pas d’étale. Les courants sont ici globalement nord/sud au jusant. On a vu et ressenti le fort courant qui était déjà installé, entre 2 et 3 noeuds, le bac pour Molène a demandé de l’énergie ! Trop confiants, nous n’avons pas préparé minutieusement notre itinéraire jusqu’à la fin, en fait on aurait du attendre pour avoir un courant moins fort. Les approximations se paient « cash » dans l’archipel !

La leçon est retenue, le lendemain les coeff seront autour de 80, et le 3è jour autour de 90. Plus question d’improviser !

Molène

Le débarquement à la cale Charcot n’est pas confortable non plus par fort courant ! Bon on y est et on retrouve les grèves de galets blancs de Molène.

Grève de galets, en face le Lédenez de Molène

Pour bivouaquer à Molène, il y a 2 possibilités. Sur l’aire de bivouac de l’île au dessus de la cale Charcot, c’est l’option que choisissent les kayakistes en général.

Aire de bivouac de Molène

Mais il est aussi possible de réserver pour passer la nuit dans les « refuges de mer » sur le Lédénez de Molène, accessible à pied uniquement à marée basse. Ces refuges sont d’anciennes cabanes de goémoniers.

Scènes de vie d’autrefois sur les murs du port de Molène

En soirée, une promenade s’impose autour de l’île pour guetter l’allumage des feux dans toute la zone, à 360° !

Depuis Molène, vue sur Ouessant

Nous avons compté 12 phares éclairés, sur les 17 que contient le Parc marin d’Iroise ! Ils sont à découvrir dans Le tour de Bretagne par les phares.

Tour de Balanec

Le 2è jour, coeff 80, nous continuons l’exploration de l’archipel vers le nord, jusqu’à l’île de Balanec.

Rochers caractéristiques de Balanec

Le soleil n’est pas assez présent aujourd’hui pour éclairer les champs d’algues au dessus desquels nous cheminons tout autour de l’île.

Tapis d’Armérie maritime
Rochers hérissés de Cormorans

Aperçu du Fromveur

Tout au bout de l’archipel, en allant vers Ouessant, on trouve posté dans le courant du Fromveur, le phare de Kéréon. L’approche du phare nécessite d’attendre les conditions favorables, notamment l’heure de marée, la houle est toujours présente dans ce secteur.

Phare de Kéréon, la tête du kayakiste émerge de la lame de houle

A lire ou relire

L’Iroise aux prémices de l’hiver : en novembre, chargés pour 3 jours, on va errer dans l’archipel à notre rythme pour profiter de ce qui s’y présente : courants, vie sauvage, lumières d’automne-hiver…?

Iroise, la belle sauvage : remonter les îles de l’Archipel de Molène au jusant par coeff. 100…

Retour en Iroise : une succession interminable de dépressions et tempêtes est passée sur les îles. Dans quel état allons-nous retrouver l’archipel ?

Histoire des goémoniers : l’archipel de Molène est parsemé de ruines de cabanes occupées par ceux qu’on appelait les « Pigouillers »…

Le tour de Bretagne par les phares : les phares en mer ponctuent nos randonnées. A leur pied, la houle et le courant vont souvent s’unir, pour qu’on ne puisse pas prédire si l’on pourra y débarquer…

A suivre : 
Parc marin d'Iroise (2) : Ouessant

Parc national des Calanques (5) : L’archipel du Frioul

Pomègues

L’archipel du Frioul compte 2 grandes îles, Pomègues et Ratonneau. Reliées par une digue, elles forment un ensemble, telle une seule grande île. A l’est et à l’ouest, 2 petites îles s’y ajoutent, la célèbre If, et la rocheuse Tiboulen du Frioul.

Parc national des Calanques, périmètre marin et terrestre

Île d’If

Le Château d’If se dresse sur son îlot, tout entièrement cerné par ses remparts.

Chateau d’If

Une forteresse imprenable, une prison pour le Le Comte de Monte-Cristo. Le Chateau d’If se visite, l’accès en kayak ne semble pas possible sur le débarcadère prévu pour des bateaux.

Fortifications bien entretenues tout autour de l’îlot

Îles Pomègues et Ratonneau

En traversant depuis l’île d’If, on arrive à la Calanque de St-Estève.

Calanque de St-Estève

En continuant vers le sud, on passe par le Port du Frioul, unique véritable port de l’archipel, il est le lieu d’arrivée des nombreux bateaux de visiteurs venus de Marseille.

Port du Frioul, en arrière Notre-Dame de la Garde qui domine Marseille

Ensuite c’est une anse rocheuse, le Port de Pomègues, qui abrite une ferme aquacole.

Vers le Port de Pomègues
Port de Pomègues, ferme aquacole

La côte sud, rocheuse, ne permet aucun débarquement.

Côte sud de Pomègues

La Calanque des Cambrettes nous attire dans ses entrailles pour nous révéler le trésor qu’elle retient en son fond… des déchets plastiques de toutes sortes !

Calanque des Cambrettes

A la pointe sud, au Cap Caveaux, nous croisons 2 Grands dauphins, qui font route vers l’ouest. Quelle chance, les rencontres de ce type ne sont pas si nombreuses dans le coin !

Nous virons plein nord, en longeant une belle côte exposée au large. C’est la partie de l’île la plus éloignée des sentiers.

Après la Pointe de la Luque, nous apercevons au fond la digue Berry qui abrite le Port du Frioul.

Au fond, le Port du Frioul

Après la Pointe de la Crine, nous entrons dans la magnifique calanque sableuse qu’elle protège. Très prisée des promeneurs et baigneurs, son accès par la mer est protégé par des bouées interdisant l’usage du moteur.

Calanque de la Crine

Après avoir longé la Digue Berry, on découvre une plage à proximité immédiate du Port du Frioul. Nous voici à Ratonneau, nous poursuivons vers l’ouest.

Pointe Brigantin, ouest de Ratonneau
Ïlot de Tiboulen du Frioul

Après avoir viré l’îlot de Tiboulen à l’ouest de Ratonneau, nous longeons la côte toujours rocheuse. La calanque de Morgiret permet de débarquer.

Passant ensuite à proximité de l’anse de l’Eoube, nous apercevons plusieurs points de débarquements. La boucle est bouclée, on retrouve l’espace urbain de Marseille.

Vers le Cap de Croix

Conclusion

Les Îles du Frioul acquises par la ville de Marseille en 1971 ont été entièrement préservées de l’urbanisation. Situées à un jet de pierres de Marseille, elles sont évidemment très fréquentées. Et pourtant la beauté et le sauvage sont partout dans cet original décor calcaire.

Goélands leucophée et Lavatères en fleurs

En savoir plus :
Parc national des Calanques : Archipel du Frioul
Guide La Méditerranée en kayak de mer

Fin du tour du Parc national des Calanques

Comme partout, quand on sait choisir le moment et que la météo est au rendez-vous, on peut profiter pleinement des paradis méditerranéens…

Parc national des Calanques (4) : L’archipel de Riou

Devant nous, une plage déserte…

L’archipel de Riou est un archipel préservé et sauvage au sud de Marseille. Il est constitué de 4 îles principales : Maïre, Jarre, Plane et Riou. Le débarquement n’est autorisé que sur la côte nord de Riou, de toute façon il n’est pas possible ailleurs en raison du relief.

Parc national des Calanques, périmètre marin et terrestre

L’île Riou

Riou est l’île la plus au large de l’archipel, c’est le joyau qui offre 2 belles calanques sur sa côte nord. Elles sont autorisées au débarquement en journée seulement, du lever au coucher du soleil.

Calanque de Monastério, rare plage de sable fin propice à la baignade.

Elles permettent d’accéder à 2 cheminements pédestres. Le premier, situé au dessus de cette calanque mène au col de la Culate.

Col de la Culate, en arrière l’île Plane, et au fond le massif des Calanques

L’autre sentier, d’un bon kilomètre, mène à l’extrémité Est, à la Pointe de Fontagne. La côte nord offre en bordure de mer une végétation de Lys de mer, pas encore en floraison.

La sablière, toboggan en pierres sèches et plants de Lys de mer
Grâce au toboggan, le sable était déversé directement dans les bateaux

Fin mars, de nombreux Goélands leucophée ont commencé à nicher, les sentiers sont ponctués de nids contenant des oeufs. Ces Goélands, ayant profité des décharges à ciel ouvert, se sont considérablement reproduits, créant un déséquilibre du fragile écosystème insulaire.

Calanque de Fontagne, plage de galets.

Un autre nuisible, introduit, est le rat noir qui se nourrit des oeufs que les puffins déposent dans des terriers, mais aussi des plantes neutrophiles favorisées par les excréments des goélands. Ce jour là, 2 agents du Parc national des Calanques renouvelaient les appâts destinés à dératiser.

En contournant l’ilôt duGrand Congloué, Riou en arrière-plan.

Les plongeurs sont nombreux dans l’archipel, notamment au sud de Riou, autour des îlots.

Ilôts Les Empereurs, plongeurs en semi-rigide
Falaises calcaires arides de la côte sud

Le relief de Riou est fascinant par sa hauteur et sa verticalité minérale.

Parois verticales
Calanque des Contrebandiers
Pointe ouest de Riou

Ile Plane

Côte nord de Riou, avant de tarverser vers l’île Plane
Pointe nord de l’île Plane, en arrière Jarre
Ile Plane, côte sud

Ile Jarre

L’île Jarre dévoile une belle côte sud. Interdite au débarquement, cette île s’en préserve elle-même par son relief !

La blancheur du calcaire au soleil est éblouissante.

Un petit passage permet de se faufiler entre Jarre et Jarron, et de là cap sur Maïre !

Ile Maïre

Pointe nord de Jarron, île Maïre au fond, et port Croisette à droite
Pointe ouest de Maïre et son Tiboulen

Conclusion

L’île Riou est la seule de l’archipel qui permet et autorise le débarquement dans ses 2 calanques en journée. La visite à terre et par mer de cette île est un régal. Il est remarquable que ces îles aient été si bien préservées alors qu’elles se situent à la porte de Marseille. Cependant la fréquentation en mer est importante dans tout le secteur et également dans les anses au mouillage, où de nombreux bateaux passent la nuit aux beaux jours…

En savoir plus :
Conservatoire du littoral, archipel de Riou
Parc national des Calanques, Bordure littorale des Calanques et archipel de Riou

A suivre : 
Parc national des Calanques (5) : L'archipel du Frioul