Les îles de Lérins

Entre Cannes et Antibes au mois d’avril, à la faveur de la basse saison, nous avons eu envie d’aller explorer l’archipel des îles de Lérins.

Mercipourlekayak_Geoportail_Iles-LerinsCartes IGN et SHOM à consulter sur Géoportail

Partis de la plage de la Garoupe à Antibes, nous avons longé le magnifique Cap d’AntibesMercipourlekayak_L-Malthieux-Iles-Lerins_001Les falaises arborées du Cap d’Antibes dissimulent de splendides propriétés

Ensuite, la traversée du Golfe Juan nous a menés à l’archipel des îles de Lérins.

Mercipourlekayak_L-Malthieux-Iles-Lerins_001aTraversée à la voile du Golfe Juan

L’île Sainte-Marguerite

Après avoir parcouru 8 milles depuis notre point d’embarquement, nous accostons sur l’archipel. Il est formé de deux îles principales, la plus grande, Sainte-Marguerite, fait environ
3 kms de long, et 1 km de large.

Mercipourlekayak_L-Malthieux-Iles-Lerins_002Vers la pointe ouest : la Pointe de Batéguier

Mercipourlekayak_L-Malthieux-Iles-Lerins_011Plan de l’île Sainte-Marguerite, site sensible au feu !

Le Fort Royal et ses abords illustrent une fortification côtière, remaniée par Vauban.

Mercipourlekayak_L-Malthieux-Iles-Lerins_003Sous le Fort Royal

Le passage entre les deux îles, le Frioul, est le rendez-vous de très nombreux bateaux au mouillage, la transparence des bleus y est pour quelque chose…

Mercipourlekayak_L-Malthieux-Iles-Lerins_004Couleurs caraïbes dans le Frioul

L’île Saint-Honorat

Plus petite que Sainte-Marguerite, cette îlot ne mesure que 1,5 kms de long pour 400 m de large. Propriété privée de l’Abbaye de Lérins, elle est recouverte de vignes et d’oliviers.

Mercipourlekayak_L-Malthieux-Iles-Lerins_005L’abbaye de Lérins

Le calme est retrouvé sur ces lieux qui ont été largement équipés de fortifications et de systèmes défensifs, dont les fameux fours à boulets. Au nombre de deux sur chaque île, ils servaient à chauffer à rouge les boulets utilisés par les batteries de canons.

Mercipourlekayak_L-Malthieux-Iles-Lerins_006L’ancien monastère fortifié

Cheminer à pied sur cete île offre un véritable moment de paix, tant le silence à cette époque de l’année est respecté. Cette sérénité nous convient très bien, elle nous inspire même notre premier bain de l’année !

Mercipourlekayak_L-Malthieux-Iles-Lerins_007Le premier bain de l’année, en avril !

En savoir plus

  • Cet itinéraire est décrit dans le Guide kayak de mer Méditerranée, 50 itinéraires,
    N°36 : Les îles de Lérins
  • Les points de mises à l’eau sont situés sur kayakalo : en partant de Cannes, la traversée est très courte.

Cap sur les puffins

Ce dimanche 15 mai, à la frontière France/Italie, nous mettons le cap au large.

Mercipourlekayak_L-Malthieux-Cap-puffins_003Au large de Vintimille et Menton

Le large c’est une source de promesses, nous espérons croiser la route des puffins qui sont présents en Méditerranée à cette époque, et pourquoi pas apercevoir des ailerons… ?

Nous avons envie aussi d’aller simplement vers le large, cette ligne d’horizon loin de la civilisation, domaine du sauvage et de l’évasion.

Les puffins

C’est à cette époque qu’on peut les observer en plus grand nombre. Ils parcourent la mer au ras des flots en quête de nourriture.

En 2 heures, nous avons vu défiler au moins 200 puffins de Méditerranée en bandes de 10-15, et au moins 20 puffins cendrés. Leur vol plané glissé au ras de l’eau est majestueux, ils ne se laissent apercevoir qu’au dernier moment entre les vagues de houle.

Mercipourlekayak_L-Malthieux-Cap-puffins_004Puffin cendré

Après avoir hiverné en Atlantique nord, ces oiseaux pélagiques reviennent en Méditerranée courant février. En ce moment, mi mai, ils s’apprêtent à pondre, exclusivement sur des îlots rocheux au large.

Les vélelles

Tels des petits voiliers à la dérive, il y avait de grandes quantités de petits organismes aquatiques de couleur bleue. Ce sont des vélelles qui se déplacent en colonie sous l’effet du vent.

Mercipourlekayak_L-Malthieux-Cap-puffins_002Colonie de vélelles

Retour vers la côte

Heureux de cette riche virée vers le sauvage, nous avons remis le cap vers la côte.

Mercipourlekayak_L-Malthieux-Cap-puffins_005Tout au fond : les montagnes du Mercantour

Open Canoë Festival 2016

OCF-2016

Nous voici de retour de la 7è édition de l’OCF (Open Canoë Festival) qui se tient chaque année dans la Drôme (26).

Ce rassemblement européen de l’open canoë s’est tenu lors de ce weekend de l’Ascension du 5 au 8 mai 2016, alors que traditionellement, il a lieu le weekend de Pâques.

Le site

La base de l’OCF est le très beau camping Gervanne. Situé au bord de la Drôme, le site est arboré et bien entretenu. L’accueil est très agréable, le camping propose une piscine, et aussi un programme pour les enfants pendant que les parents naviguent, bref c’est l’idéal pour un séjour en famille !

Mercipourlekayak_L-Malthieux-OCF-2016_001Base de l’OCF au camping

Les ateliers

Ils sont nombreux et très diversifiés à terre et sur l’eau. Le bémol, c’est qu’ils sont assaillis lors des inscriptions qui se font sur place, particulièrement les ateliers sur l’eau. Nous avons quand même pu assister à quelques uns d’entre-eux :

  • Sur l’eau : Lecture de rivière, gestion des courants et contre-courants
  • A terre : Les astuces du bivouac fantôme et de la bachologie ; Découverte faune et flore ; Feu d’urgence ; Initiation à la pêche ; Des abdo et un moral d’acier !

La descente de la Drôme

C’est un moment phare du festival, la journée qui rassemble la plupart des festivaliers lors d’une descente de la Drôme sur 28 kms. Cette année le niveau d’eau est faible, alors ça gratte un peu ! Cette rivière de classe 2/2+ coule vite car son dénivelé est important tout du long. Elle présente quelques rapides et de nombreux virages qui peuvent drosser contre les branches des rives. On ne peut pas dire que ce soit facile et sans bain pour des débutants en canoë ! Ceux qui ont déjà l’habitude de la pagaie en kayak et un peu de pratique de la rivière s’en sortent mieux.

Mercipourlekayak_L-Malthieux-OCF-2016_002Embarquement à Sainte-Croix

Cette rivière est magnifique tout au long du parcours, on s’est vraiment régalés ! Sauvage, elle est entourée de montagnes calcaires formant de beaux paysages. Les oiseaux y sont nombreux, elle est habitée par les castors, invisibles le jour mais dont les traces de branches rongées sont visibles sur les rives.

Pour profiter de tout cela il faut disposer d’un canoë bien évidemment. N’étant pas nous-mêmes équipés, nous en avons loué un pendant la durée du festival.

Mercipourlekayak_L-Malthieux-OCF-2016_003Pause sur les rives de la Drôme

Conclusion

Nous sommes heureux au retour, tant ce festival est vraiment sympathique et bien organisé. Nous n’y avons passé que de bons moments à terre et sur l’eau, la météo idéale y a contribué. Nous aurions quand même souhaité pouvoir participer à davantage d’initiations sur l’eau, tant au niveau de la technique de pagaie que de la sécurité.
Nous avons rencontré des instructeurs et participants de divers pays européens. Les diners sous le chapiteau étaient délicieux et conviviaux.  La tombola fut un grand moment, le gros lot est un canoë !
Enfin, cerise sur le gâteau, nous y avons retrouvé, sans se donner RDV, bon nombre de connaissances bretonnes ! 😉