Houle à Monaco

Dimanche 6 mars 2016. Nous avons l’intention de rendre visite à un couple monégasque au port de Monaco.Mercipourlekayak_L-Malthieux-Houle-Monaco_003Houle et vent en Méditerranée

Nous embarquons à l’extrémité de la Baie de Menton, à Carnolès sur Roquebrune-Cap-Martin. La houle annoncée est de 1,25 mètre près du rivage et le vent 3 à 4 Bft. L’état de la mer est plus agité que nous pensions. Le passage du Cap Martin nous offre de belles vagues désordonnées, nées de la houle croisée avec la mer de vent.

Geoportail_Menton-MonacoCartes IGN et SHOM à consulter sur Géoportail

Dans la Baie de Roquebrune nous admirons les loopings qu’enchaînent en séries impressionnantes les parapentistes.

Mercipourlekayak_L-Malthieux-Houle-Monaco_004Baie de Roquebrune, spot à parapentes

Toute la côte face à Monaco est agitée, au large nous apercevons une régate de voiliers. Nous dépassons le port Hercule (La Condamine) pour poursuivre notre navigation. Mais la mer particulièrement clapoteuse et agitée nous dissuade d’aller plus loin. Avec nos voiles, le trio « houle, vent, et réfraction » ne fait pas bon ménage et nous décidons de nous mettre à l’abri quelques instants dans le port de Fontvieille.

Mercipourlekayak_L-Malthieux-Houle-Monaco_001Sur le haut de la vague…

Fontvieille est construit sur un polder, nous y découvrons une petite grève très abritée au pied de la falaise qui lui fait face. Un gardien des lieux vient en zodiac nous signifier qu’il est interdit de débarquer à cet endroit. Il ne nous autorise même pas à faire le tour du port avant de repartir, alors même que selon lui dehors c’est la tempête, enfin il nous souhaite « bon courage » ! Il n’arrive pas à concevoir que nous en venons « du dehors » avec nos kayaks, pas plus que nos kayaks sont des navires immatriculés.

Mercipourlekayak_L-Malthieux-Houle-Monaco_005Monaco et ses deux ports (pardon, ses « marinas privées » !)

Ame-banquiseNous revenons donc sur nos pas pour entrer dans le port Hercule où nous avons rendez-vous avec Nathalie et Alain Antognelli. Ces aventuriers photographes professionnels ont raconté leurs années de pérégrinations autour du Groenland dans un très beau livre L’âme de la banquise. Nous en avons glissé un exemplaire dédicacé dans un caisson de Nyla, mon kayak qui porte le prénom de la femme de Nanouk, l’esquimau. Sa lecture s’avère passionnante, elle raconte la nature et leurs nombreuses et étroites rencontres avec les groenlandais.

Pour finir j’ai demandé à mon photographe préféré une petite photo en pose devant le Yacht club de Monaco. Hé oui nous avons débarqué là naïvement comme dans n’importe quel port. Il s’est trouvé un surveillant pour nous signifier qu’ici on est dans une « marina privée » et qu’avant d’entrer, on demande l’autorisation sur le canal 14 !

Mercipourlekayak_L-Malthieux-Houle-Monaco_006Pause et pose devant le Yacht club de Monaco

La régate est terminée, les équipages des J70 de diverses nationalités rentrent, la remise des prix va s’organiser sur le quai, nous libérons volontiers les lieux. Notons quand même qu’une anglaise s’est pâmée d’admiration devant nos kayaks !

Nous rentrons sur une mer apaisée, heureux de notre journée de mer, de vagues, de rencontres et de soleil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *