L’Armen

04-05 Mai 2013 – Temps nuageux à clair, vent NO 3 Bft, houle 1,5 mètre – coeff 55-60

Après une 1ère virée en septembre 2010, j’avais en moi le désir d’y retourner un jour. La proposition était tentante en ce début mai, et l’idée de revoir le phare d‘Armen fraichement repeint était franchement irrésistible.

Armen-1
Armen en vue, samedi 4 mai 2013 vers 17h

De la baie à l’île, via les phares

Au départ de la baie des Trépassés, de nombreux kayakistes sont présents, le club de Plouhinec est en sortie conviviale à la journée. Toute cette bande qui se jette dans les rouleaux me fait penser aux petites tortues tout justes nées qui se précipitent à la mer.

Notre petite équipe de 4 file directement sur La Vieille, on la contourne en fin de flot, puis on met le cap sur Tévennec. Débarquer s’y avère impossible, après une pause au pied de cette maison-phare devant laquelle est à nouveau scellée une croix blanche, il est temps de pointer sur Sein.

Armen-10
Phare de Tévennec

Sein et ses galets

Le soleil augmente encore notre plaisir de remettre le pied sur « l’île », une longue pause sur les galets chauds nous permet d’attendre le moment favorable pour s’engager vers le phare d‘Armen.

C’est dans la 2è moitié du jusant que nous embarquons pour rallier le phare distant de 7,5 milles de l’île, posté au bout de La Chaussée de Sein. Cette virée représente donc 15 milles sans possibilité de mettre pied à terre, en progressant vers l’ouest, sur une mer incertaine et forcément houleuse.

P1010768
Escale à Sein

A nous l’aventure

Peu après avoir quitté Sein, nous repérons quelques phoques, et puis c’est une bande de grands dauphins que nous apercevons, chassant dans le courant entre les rochers.

Nous passons par la balise Namouic, la houle y déferle et surprend 2 d’entre-nous, cela se termine par une pagaie bois cassée en prenant appui sur la vague déferlante ! Il vaut mieux être équipé d’une bonne pagaie de secours en toute circonstance…

Ce n’est pas du tout la pétole et mer calme que nous avions eu lors de ma 1ère virée. Nous poursuivons mais la houle et le courant lèvent quelques vagues surprenantes, je me demande au fur et à mesure de notre progression ce que nous allons trouver à l’approche de l‘Armen car c’est là que le courant est le plus fort.

Aucun bateau dans la zone, impression d’être seuls au monde, pourtant nous apercevons vers l’ouest un sous-marin qui a fait surface. Nos seuls compagnons sont ceux qui nous survolent, quelques Puffins des Anglais, Guillemots de Troïl et Fous de Bassan.

Il trône sublimement

Alors que nous sommes à l’approche de la tour noire et blanche, les nuages se déchirent et nous dévoilent une très belle lumière propice aux photos, quelle chance, quelle récompense aux audacieux 😉

P1010749
Houle à Armen

P1010747

La houle est bien présente, impossible d’aborder le phare, pas même à la nage. Le courant se fait encore fortement sentir dans toute la zone à 2 heures de la basse mer, même par coefficient 50. On profite de ce lieu si particulier pendant un bon moment, en tournant autour de « la roche », l‘Armen.

P5040003
Eh oui Nico, 2è fois !

Le phare a retrouvé ses couleurs, la peinture fraîche fait plaisir à voir, laissant supposer que la tour est entretenue et ne tombera peut-être pas à l’eau encore de si tôt… ?

P1010753
Les belles lettres repeintes

Retour vers la planète terre

Il faut se résigner à rentrer, en rejoignant la Chaussée qui va nous reconduire vers Sein. On remet pied à terre en soirée et, pour prolonger ces moments, on savoure une bière apéritive en profitant du coucher de soleil sur la Chaussée à marée basse. Que du magnifique !

P1010776
Au bout de la Chaussée, Armen est allumé

Le matin, levant les yeux au ciel, nous sommes surpris par les traces d’un feu d’artifice, c’est le missile qui a explosé en vol en baie d’Audierne, tiré par le sous-marin que nous avons vu la veille, ou un autre (?). On n’étaient pas si seuls que ça dans le secteur… 😉

P1010793

Merci à la petite équipe nord-finistérienne pour cette très belle virée, Laurent pour le programme de navigation et les photos, Nico, et Armel.

Armen-7

En rentrant sur le continent, on a laissé un bout de soi là bas, inévitablement, au bout de cette destination « tout à l’ouest »…

P5050025

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *