Sardaigne Est (6) : le Golfe d’Olbia et le Cap Figari

Au nord de l’aire marine protégée de Tavolara, depuis le Capo Ceraso, on peut longer la côte vers la Punta Ruja.

Entre Capo Ceraso et Punta Ruja

Ce beau massif granitique rose offre un magnifique parcours entre ses rochers.

Rase cailloux dans le granit rose

Le Golfe d’Olbia

Nous avons continué vers le fond du golfe, les aménagements et complexes touristiques sont présents dans toutes les grandes anses.

Traversée du chenal d’accès au port d’Olbia

Nous avons rapidement quitté cette zone à la voile car les ferrys traversent le golfe, et les avions le survolent.

Dès que l’on passe la pointe de Pitulongu, c’est plus calme mais il y a toujours des complexes sur les grandes plages.

Puis on vise Golfo Aranci pour faire le plein d’eau, cela s’avère moins facile que prévu. L’eau du port est dite non potable, finalement on demande à un restaurant d’utiliser un robinet.

Port Golfo Aranci

Tout est ok, on met le cap sur l’île Figarolo en espérant bien y bivouaquer, nous avons aperçu ce secteur lors de notre arrivée en ferry plusieurs jours plus tôt.

Cap sur l’île Figarolo

L’île Figarolo

C’est une merveilleuse petite île montagneuse avec une plage convexe au sud-ouest. En face de cette plage, une ferme aquacole est installée à environ 200 m. Elle attire les grands dauphins et fait de cette plage un site idéal pour les observer !

Plage de Figarolo

En effet, cette bande de grands dauphins reste constamment dans les parages. En soirée, vers 17h, les bateaux de « dolphin watching » affluent. Les dauphins suivent ces bateaux et font des cabrioles, grand spectacle !

Plus tard, une mouflonne apparaît sur la plage avec son petit. Surprise de nous voir, elle détale ! La présence des mouflons engendre des tiques qui colonisent la végétation du haut de plage, attention !

Des mouflons sur Figarolo

Enfin, on s’endort avec les cris des puffins qui se rapprochent des côtes dès la nuit tombée.

Le cap Figari

Le matin, des bateaux viennent nourrir les poissons de la ferme, les dauphins rappliquent et se faufilent entre les bassins, ils sont à l’affût des poissons venus se nourrir autour des bassins.

Nourrissage à la ferme aquacole le matin

Enfin, on prend la direction de Cala Graeca pour ensuite longer le majestueux Capo Figari.

Vers Cala Graeca

Falaises du Cap Figari

Nous sommes au pied de ces immenses falaises que nous longeons en aller-retour.

Finalement, nous traversons le Golfe d’Olbia pour revenir vers le Capo Ceraso, porte d’entrée de l’Aire marine protégée de Tavolara.

Le Capo Ceraso

Conclusion

Ce fut une très belle boucle. Ces sites sont accessibles directement en sortant du ferry à Golfo Aranci. La traversée du golfe d’Olbia doit se faire dans de bonnes conditions et avec vigilance car le trafic des ferrys y est dense.

A suivre : 
Sardaigne Est (7) : faune et flore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *