Groenland Est : le côté kayak de l’aventure

Au Groenland chacun vit le kayak à sa manière, le plus souvent comme un simple moyen de déplacement, le mode de transport idéal pour visiter les fjords.

Groenland - kayak

Personnellement j’en ai profité pour travaillé mes techniques de pagaie.

L’eau calme

L’eau calme est le milieu le plus souvent rencontré. Les distances sont longues, surtout quand l’air pur nous trompe sur l’éloignement réel d’une côte à atteindre.

Groenland - kayak en eau calme
Majesté des eaux calmes – photo MD

Dans ces cas là j’en ai profité pour travailler mon coup de pagaie.
En eau calme c’est idéal, et du coup je ne me suis jamais ennuyée sur les longues surfaces « comme un lac » (signification de Tasiilaq).

Le rase-glaçons

Groenland - kayak rase glaçons 2
Les icebergs, glace lâchée par les glaciers

Partout où il y a de la glace il faut slalomer. Le moindre petit morceau est très dur. Cette glace c’est comme des rocs, alors pour progresser dans le pack, à moi les manœuvres, appels et écarts, pour cheminer en s’amusant.

Groenland - kayak rase glaçons
Le pack, glace lâchée par la banquise

La mer

D’une façon générale la banquise casse la mer, il n’y a pas de houle.

Dans les grands fjords on peut trouver de la mer quand le vent se lève. Un force 5 Bft de face, froid, nous a fait rebrousser chemin, il a levé la mer dans le fjord d‘Angmagssalik pendant 2 jours, je ne nous aurais pas vus le traverser.

Groenland - kayak mer

Le vrai danger ici c’est l’eau glaciale, si un bain doit survenir en conditions agitées, la situation peut devenir critique rapidement.
Dans tous les cas, il vaut mieux naviguer très groupés.

Les icebergs

Naviguer parmi les icebergs impose la prudence de se tenir à distance.

Groenland - kayak dans les icebergs
Kayak dans les icebergs, comme un paradis…

J’ai voulu aller voir plus loin dans l‘Ice fjord, le Sermilik avec Martin. Nous avons rebroussé chemin tant nous nous sentions dans un champ de mines.

Particulièrement en fin de journée ensoleillée, des blocs s’effondrent, la vague qui en résulte finit sa vie en déferlant près de la côte…
En passant trop près, la glace qui pourrait s’effondrer sur votre kayak, ou votre tête, c’est comme des blocs rocheux qui vous feraient chavirer sans problème.

Groenland - kayak dans les icebergs 2
Les icebergs sont immenses, le danger est réel

Il fait beau, les conditions sont calmes, et pourtant il faut rester humble dans cet environnement.

Le Groenland des kayakistes

Le Groenland, Graal des kayakistes, est un lieu où vous pouvez croiser des pagayeurs du monde entier.

C’est ainsi que, coincés par la météo au retour à l’hôtel de l’aéroport, j’ai discuté avec des kayakers de Tasmanie! Avec Geoff, instructor, la classe! 😉

Parler pendant des heures de technique kayak, de sécurité, des mers du monde, en buvant des bières (enfin surtout eux bien sûr), j’étais comme un poisson dans l’eau.

Conclusion

Le plan d’eau le plus souvent calme donne une fausse impression de sécurité, le moindre incident peut prendre des proportions rapidement dramatiques.

Groenland - kayak dans les icebergs 3
La glace attire, comme un diamant…

Ce n’est pas parce qu’on y est allé une fois que l’on peut dire que l’on connaît cet environnement. Nous n’avons pas été confrontés à un autre danger: des vents violents, dits catabatiques, liés à la présence de la calotte glaciaire.

A suivre, nos moyens de sécurité…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.